Les 5 meilleurs conseils pour appliquer la bienveillance en entreprise

Accueil

/

Blog

/

Les 5 meilleurs conseils pour appliquer la bienveillance en entreprise

21 juin 2022

A l’occasion de la sortie du livre « Osons la bienveillance, soyons audacieux », publiée aux Éditions du Signe, nous avons le plaisir de vous partager notre Top 5 des meilleurs conseils pour appliquer la bienveillance en entreprise.

 

    1. Faire réussir l’autre

« L’une des meilleures façons d’aider quelqu’un est de lui donner une responsabilité et de lui faire savoir que vous lui faites confiance. » Booker T. WASHINGTON

Pour appliquer un management bienveillant, il est important de générer chez l’autre l’envie d’entreprendre et de réussir, en tenant compte des forces et des faiblesses de ses coéquipiers. Pour cela, l’échange et la réciprocité au sein des équipes sont des éléments fondamentaux pour un management réussi. Le but est que chacun arrive à comprendre les attentes de l’autre. Selon une étude canadienne, si l’on passe plus de temps à accompagner et encourager ses collaborateurs, on diminue les risques de troubles psychiques de près de 33% chez les hommes et de 42% pour les femmes.

 


 

    1. Des décisions porteuses de sens

« Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée, car chacun pense en être bien pourvu. » René DESCARTES

Que signifie réellement « des décisions porteuses de sens ? » Selon Karl Weick, c’est coconstruire une vision, une stratégie partagée avec toutes les parties prenantes à partir des représentations d’une situation dans laquelle ils agissent. Le manager doit être au centre de l’équipe et agir comme levier des interactions entre les personnes. Ces interactions vont permettre de croiser les différents points de vue dans une équipe et vont faire émerger des idées ou des actions nouvelles.

 


 

    1. Le soutien et le compliment journalier

Le soutien est une notion essentielle de la santé mentale. Se sentir soutenu favorise une meilleure régulation des désordres dus au stress. Ainsi, le soutien est « une information signifiant à l’individu qu’il est aimé, a de la valeur, est estimé et appartient à un réseau de communication et d’obligations mutuelles. »

Le compliment, quand il est donné, doit d’abord être sincère. Il ne faut pas exagérer sinon cela peut troubler l’intention dans le message. Le compliment doit également être spontané. Tout de suite juste après l’action, le feedback prendra immédiatement toute sa valeur et permettra à la personne complimentée de conserver tout son engagement.  Et pour finir il doit être précis. Il ne faut surtout pas être trop vague quand on fait un compliment. Il est important de préciser avec quelques détails les raisons des félicitations.

 


 

    1. Le droit à l’erreur

« Une personne qui n’a jamais fait une erreur n’a jamais essayé d’innover » Albert EINSTEIN

Lao Tseu disait que « l’échec est le fondement de la réussite. » Vos collaborateurs doivent savoir que vous tolérez l’erreur, puisqu’on ne peut pas réussir sans essayer. Les risques sont la contrepartie à accepter dans une action novatrice. Le réel problème en entreprise est la crainte de sanction, qui est un véritable poison organisationnel. La prise de risque doit être une attitude du top management pour que tous les membres osent ! Le manager doit encourager le droit à l’échec ou à l’erreur ou encore mieux le droit à l’expérimentation parmi ces collaborateurs. Ceci doit être et devenir un axe fort du développement managérial.

 


 

    1. Une écoute attentive

« Ecouter les autres, c’est encore la meilleure façon d’entendre ce qu’ils disent. » Pierre DAC

Ecouter vient du latin obedire qui signifie « obéir ». C’est paradoxal bien qu’assez logique, puisqu’être en situation d’écoute nous conduit à une certaine passivité vis-à-vis de l’interlocuteur. Chacun désire être écouté et ceci nourrit et conforte la prise de conscience de soi dans la relation à l’autre. Ecouter ces collaborateurs, c’est les laisser s’exprimer sur ce qu’ils perçoivent de leur environnement, de leur désir, de leurs difficultés et les aider à sortir d’une procrastination qui obère les résultats individuels et collectifs. L’écoute active, développée en 1966, permet de rester dans la plus juste distance où se conjuguent les 3 conditions d’une écoute et d’un dialogue managérial authentique : la congruence, la considération positive et inconditionnelle de l’autre et l’empathie sincère.  C’est le rôle du manager d’écouter ces collaborateurs.

 

Et vous, quels conseils allez-vous appliquer en entreprise ?

Pour en découvrir davantage sur le monde de l’entreprise, nous vous proposons de lire les 5 meilleurs bienfaits de la naturopathie en entreprise..

 

 

Articles relatifs